Ecrit 2 du CAPES de Mathématiques

La nature de la deuxième épreuve d'écrit a changé pour cette session 2022.
Sa description est la suivante : L'épreuve permet d'apprécier l'aptitude du candidat à mobiliser ses connaissances et compétences mathématiques et didactiques dans une perspective professionnelle.
Le sujet est constitué d'un dossier pouvant comprendre un ou plusieurs énoncés d'exercices, des productions d'élèves, des documents institutionnels (extraits de programmes ou de ressources d'accompagnement), des extraits de manuels scolaires ou d'autres supports.

Il est attendu du candidat : Telle que décrite, cette épreuve ressemble un peu à une affiche de cirque, mêlant des attendus à la portée des candidats (les trois premiers) et un quatrième attendu qui interroge.
Les "sujets zéro" récemment publiés ne nous rassurent pas, tant ils sont complexes, pauvres en lisibilité, et apparaissent comme une sorte d'hybride entre usine à gaz et raffinerie de pétrole.
On ne voit pas très bien comment des futurs professeurs, n'ayant pas encore ou peu enseigné, pourraient "construire une séquence" ou intégrer des éléments d'histoire (à partir de quelle documentation ?).

Une tendance semble cependant se dégager : il y aurait à l'écrit 2 des attendus semblables à la défunte "épreuve sur dossier" des oraux des sessions précédentes.

Pour cette raison, je vais garder sur ce site les anciens sujets d'oraux en restructurant leur présentation (prochainement).

Il n'y aura plus désormais de page "oral 2", l'oral 2 étant remplacé par une épreuve eaudeboudinesque.

Mon ancienne profession de foi, qui figurait sur la page "oral 2" ancienne mouture est toujours d'actualité :

Mon objectif est uniquement de développer, à travers une analyse d'exercices proposés par le jury du CAPES, un point de vue critique plus global sur les caractéristiques actuelles de l'enseignement des Mathématiques en France. Je souhaite en particulier démythifier deux orientations récentes de cet enseignement, à mon sens également calamiteuses :

  1. L'évaluation par compétences, fumisterie érigée en religion d'Etat, remplaçant l'objectif par le subjectif et cautionnant un recul qualitatif sans précédent sur le niveau d'exigence et d'acquisition des savoirs.
    Chercher à développer les compétences de ses élèves, c'est depuis toujours l'objectif de tout enseignant pourvu d'un minimum d'humanisme ; en revanche, prétendre évaluer des compétences sans s'appuyer sur une acquisition tangible de savoirs consistants et reconnus, ce n'est rien d'autre que de l'imposture.
  2. Une promotion extravagante du numérique au détriment de l'étude des mathématiques pures et de leur dialectique.
    L’Education Nationale impose désormais dans le milieu scolaire une utilisation intensive de cet outil. Il faut être frappé d’aveuglement pour ne pas s’apercevoir que, loin de participer à la construction d’un solide esprit critique, cette intrusion massive du numérique, inconsidérée et irraisonnée, a au contraire pour effet un formatage accru des individus et une standardisation des comportements à un niveau d’autonomie voisin de zéro.

Ces orientations aberrantes sont lourdes de conséquences car elles privent toute une génération, et probablement quelques suivantes, du droit à une authentique culture mathématique.

Une précision : lorsque mes commentaires sont accompagnés de travaux sur un logiciel, il s'agit presque toujours du logiciel hérétique TI-NspireCAS, interdit de CAPES, mais auquel, pour ma part, je suis habitué en tant qu'ancien membre du groupe T3 de Texas. En particulier, je n'ai pas la contrainte de me conformer à l'exclusivité sectaire du sirop Python. L'universalité de cette panacée n'est certes pas à démontrer mais son emploi en mathématiques paraît, et de très loin, bien moins performant et bien moins ergonomique que celui des logiciels spécifiquement dédiés. Ce défaut rédhibitoire confine trop souvent le travail "Python" demandé aux élèves à des couillonnades stériles.
Il appartiendra à chacun de faire, s'il le souhaite, les adaptations nécessaires sur l'un ou l'autre des logiciels homologués. Se familiariser avec quelques uns de ces derniers est d'ailleurs, pour les candidats au CAPES, une nécessité de leur préparation.